Lee Ungno


1904 -1989


Lorsque la Corée est annexée au Japon en 1910, Lee Ungno quitte l’école et s’initie en 1920 à la peinture traditionnelle coréenne. A 19 ans, il fréquente l’atelier de Kim Gyuyin (1868-1933) puis intègre l’Académie des Beaux-Arts de Goryeo, crée en 1923. Après des débuts à l’Exposition des Beaux-Arts de Joseon, où il connaît un certain succès, il décide de partir au Japon en 1937. Lee Ungno se forme à une nouvelle esthétique à l’école de peinture Kawabata, puis auprès du maître japonais Matsubayashi Keigetsu.

En 1945, à la libération de la Corée, il fonde l’école de peinture Goam, à Séoul. En 1948 il est professeur de peinture orientale à l’université de Hongik puis à Seorabeol en 1954 et expérimente alors la semi-abstraction, fusion entre idée et dessin. Puis en 1957, deux de ses œuvres présentées dans le cadre de l’exposition « L’art coréen contemporain » à la World House Gallery de New York rejoignent la collection de la Fondation Rockefeller.
Lee Ungno décide de partir en Europe en 1958 et organise avant son départ une exposition à Séoul, qui marque un tournant dans sa carrière. Il révèle sa volonté de rompre avec la peinture traditionnelle et démontre la possibilité d’une peinture abstraite, synthèse de la peinture de lettré japonaise et la peinture occidentale.
Il arrive en Allemagne de l’Ouest en 1958, alors que l’art informel domine la scène européenne. Puis il part s’installer à Paris en 1959, sur invitation de Jacques Lassaigne, futur directeur du musée d’Art Moderne de Paris. Il signe un contrat d’exclusivité avec la galerie d’avant-garde Paul Facchetti en 1960 dont Michel Tapié est alors le directeur artistique. Lee Ungno expose son travail en Europe et aux Etats-Unis.

Exposé en 1962 à Seoul, ces œuvres font sensation, les critiques coréens y voient un surprenant renouveau. Il fonde en 1964 l’Académie de peinture orientale de Paris, avec l’aide de Vadime Elisseeff, directeur du musée Cernuschi et sous le patronage de Hans Hartung, Zhang Daqian, Léonard Foujita, Kumi Sugai et Zao Wou-Ki. Ces mêmes artistes se mobiliseront pour la libération de Lee Ungno alors condamné à tort pour espionnage en 1967 en Corée. Il passe 2 ans en prison avant de pouvoir retourner à Paris en 1970.

Son travail s’oriente alors vers des compositions où figurent parfois des slogans se référant à la situation politique de son pays natal où il reste « persona non grata » jusqu’en 1988. Revenant à la peinture à l’encre de Chine, il y propose un vibrant plaidoyer en faveur de la liberté des peuples. Il ouvre avec son épouse sa propre galerie à Paris en 1976, appelée Goryo. Il connaît une notoriété internationale, expose et voyage aux Etats-Unis, en Europe, au Japon, à Taiwan.
Il obtient la nationalité française en 1983 avant son décès en 1989 à Paris. En 2007, le musée Lee Ungno ouvre à Daejeon, en Corée.

EXPOSITIONS PERSONNELLES

– 1939 “La nouvelle peinture du Sud”, Galerie du magasin Hwasin, à Seoul, Corée
– 1941 “Exposition des Nouvelles Oeuvres de Peinture du Sud”, Séoul, Corée
– 1958 Exposition au Centre d’Information Publique, Séoul, Corée
– 1958 Exposition “Ung-No und Frau In-Kyung Lee”,Jägerhaüschen, Bonn, Allemagne
– 1959 Galerie Boisserée, Cologne, Allemagne
– 1962 “Lee Ungno, collage” Galerie Paul Facchetti , Paris, France
– 1962 Bureau central des relations publiques, Séoul , Corée du Sud
– 1963 “Mortensen, Rivera, Ung-No Lee” musée des Beaux-Arts de La-Chaux-de-Fonds, Suisse
– 1966 Exposition personnelle, Musée National du Danemark, Copenhague
– 1967 Galerie Numaga, Suisse
– 1969 “Collage” Galerie Paul Facchetti, Paris, France
– 1972 Exposition Fondtion Querini Stampalia, Venise, Italie
– 1974 Exposition “Multimedia”, Galerie Wenger, La Jolla, USA
– 1974 Exposition à l’Atelier Exposition Annick Le Moine, Paris, France
– 1975 Exposition “Peintures et collages” Bristol Museum & art Gallery, UK
– 1976 Exposition Galerie d’Arras, New York, USA
– 1983 Galerie Del Naviglio, Milan, Italie
– 1984 “La foule et les signes 1974-1984” Centre Culturel La Chaux-de-Fonds, Suisse
– 1987 “Signes et lettres” Galerie Arnoux, Paris, France
– 1988 Retrospective 1950-1980, Galerie Bruno Facchetti, New York, USA
– 1988 Galerie Simmons, Los Angeles, USA
– 1989 “Hommage au maître Ung-No Lee” Musée Cernuschi, Paris, France
– 1989 Expositions commémoratives à la Galerie Indeco à Seoul , Galerie Asahi à Tokyo et Galerie ABC à Osaka, Japon
– 1990 Rétrospective, Musée d’art de Taipei, Taïwan
– 2017 “Lee Ungno, l’homme des foules” Musée Cernuschi, Paris, France

EXPOSITIONS COLLECTIVES

– 1924 à 1931 Exposition Salon des beaux-arts de Joseon, Corée
– 1957 “L’Art coréen contemporain” World House Gallery, New York, USA
– 1960 Exposition pour les artistes Coréens en France, Cercle Volney, Paris, France
– 1960 Galerie Paul Facchetti, Paris, France
– 1962,1963, 1966 et 1970 Salon des Comparaisons, Grand Palais, Paris, France
– 1962, 1965 et 1971 Musée des Arts Décoratifs de Paris, France
– 1963 Musée Cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, Suisse
– 1963 “Trois critiques d’art présentent: un groupe de peintres et sculpteurs”, Galerie Max Kaganovitch, Paris, France
– 1965 8e Biennale de Sao Paulo, Brésil
– 1973 6e Biennale de la tapisserie à Lausanne, Suisse
– 1973 Exposition sur l’art surréaliste et abstrait organisé par l’Espace Cardin, Paris, France
– 1982 Exposition “Sévres de 1850 à nos jours”, Sèvres, France
– 1985 Galerie Hyunmin à Kanagawa et Galerie Sanyo à Tokyo, Japon
– 1987 Exposition “Des hommes” Musée d’Art Contemporain de Tokyo, Japon

COLLECTIONS PUBLIQUES

– Cité de la céramique, Sèvres, France
– Musée des Arts Décoratifs de Paris, France
– Musée National d’Art Moderne – Centre Pompidou, Paris, France
– Musée d’Art Moderne de Paris, France
– Musée national de Copenhague, Danemark
– Musée de la Chaux-de-Fonds, Suisse
– Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne, Suisse
– Museum of Modern Art, New-York, USA
– Carnegie International à Pittsburgh, USA
– Musée d’Art moderne de Rome, Italie




Autres artistes